burkinano-faso-ouagadougou-300 Déjà le dimanche 13 janvier 2013, le Docteur Apôtre Elijah Ayer Courage a reçu un oracle venant de  Dieu  en ces termes : « Je vois des bouleversements politiques pendant  les périodes  électorales. Si les gouvernants n’arrivent pas à trouver une solution à la crise malienne, elle va déborder sur le  Burkina Faso », a-t-il  laissé  entendre  avant  de  convier les  uns  les  autres à intercéder en faveur  du  Mali  et  surtout   du  Burkina –Faso dans leurs prières

Un  an  après,  plus  précisément  le  15 Octobre  2014, pendant  que  Blaise  Compaoré Président  de la République d’alors tentait de modifier l’article  32 de la constitution,  un  soulèvement  inouï s’est remarquer  dans la capitale  Burkinabé. Il  y eut  des  destructions  massives. Le  Président  Blaise  Compaoré a  dû  prendre  la clé  des  champs. C’est ainsi  que  le  Colonel  Isaac  Zida a prit les rênes  du  pouvoir. Juste  après,  il  céda  sa  place  à  Michel  Kafando en  qualité  de  président  de  la  transition  pour  l’organisation  de  nouvelles  élections  présidentielles dans un  an.

Au  lendemain  du  départ  de  Blaise  Compaoré et  bien  avant  l’installation  du  Président  de  la  transition,  le  Docteur  Apôtre  Elijah  Ayer  Courage reçut un  autre  oracle  venant de  Dieu  en  Date  du  02 novembre  en  ces  termes : « Je  vois  trois  grandes personnalités qui  se  disputent  le  pouvoir.  Ce  qui  va  empêcher  le  processus  de  démocratisation au  Burkina-Faso.

Prions le  Seigneur  pour sa  clémence  afin  que  la  paix  y  revienne . Prions aussi pour  le  Président  déchu,  sa  femme, enfants et parents qui sont avec lui dans le pays de refuge afin  que  la  grâce  de Dieu bande les blessures des cœurs  et veille sur leur sécurité », a-t-il dit avant de convier tout le monde à la prière. Mais qu’elle n’a été la surprise  que  de  constater qu’à quelques jours des élections dans ce pays, un autre  coup  de  force  s’opère  par le Régiment de Sécurité Présidentielle  (RSP) le mercredi le 16 septembre 2015.

                  UN (1) an âpres la prophétie de l’Apôtre Dr Elijah Courage AYER

images 6

Les émeutes qui ont secoué le Burkina Faso et provoqué la chute de Blaise Compaoré en octobre

2014

images REF

 Émeute au Burkina Faso : le président Compaoré quitte le pouvoir

images8

index1Un homme en uniforme est apparu ce matin à la télévision nationale pour annoncer la dissolution du gouvernement de transition et du Conseil national de transition. Des tirs sont en cours à Ouagadougou, quadrillée par des patrouilles du RSP. Le général Gilbert Diendéré a été proclamé président.   7 septembre 2015 à 09h38 — Mis à jour le 17 septembre 2015 à 20h18 Par Jeune Afrique.

BURKINA ARMEE2Des éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) ont interrompu le Conseil des ministres ce mercredi au palais présidentiel de Kosyam. Ils retiennent de force le président Michel Kafando, le Premier ministre Isaac Zida, et plusieurs ministres à la présidence. Leurs revendications sont encore floues, mais plusieurs éléments du régiment de sécurité présidentielle (RSP) ont interrompu, mercredi 16 septembre, vers 14h30, le Conseil des ministres hebdomadaire réuni au palais présidentiel de Kosyam.

D’après nos informations, des militaires de la garde présidentielle ont retenu de force le président Michel Kafando, le Premier ministre Isaac Zida et plusieurs ministres dans la salle du conseil. Selon une source à la présidence, des « négociations tendues » ont eu lieu entre les gradés du RSP et les membres du pouvoir exécutif, tandis qu’une partie de la haute hiérarchie militaire tentait de mener une médiation. D’après la radio locale Oméga, Michel Kafando et Isaac Zida auraient ensuite été emmenés dans le camp Nabaa Koom, la caserne du RSP située juste derrière le palais de Kosyam

Les manifestants mettent à sac les deniers publiques

images10

un manifestant matraqué par les forces de sécurité

images 000

 

index bf2

Le général Gilbert Diendéré, à la tête des putschistes, au palais présidentiel, le 17 septembre 2015 à Ouagadougou, au Burkina Faso – AHMED OUOBA AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici